Visite du site gallo-romain des Bouchauds

06 Juillet 2019

Avant que l’AVH ne fasse sa traditionnelle pause estivale, une dernière sortie nous était proposée. En s’installant dans le bus ce mercredi 3 juillet, nous savions que nous partions en direction de Saint Cybardeaux, plus précisément sur le site du théâtre des Bouchauds, mais aussi qu’une surprise nous attendait dans l’après-midi.

Le théâtre des Bouchauds.

Camille, notre guide, nous attendait à 10 heures devant l’Espace d’Interprétation aménagé dans une ancienne ferme charentaise des Bouchauds. Mais c’est en bus que nous sommes allés au plus près du premier lieu à visiter, le sanctuaire, situé sur une colline boisée à 150 m d’altitude.

Un petit rappel historique nous a été présenté pour expliquer la présence de ces vestiges dont la construction se situe entre le 1er et le 3ème siècle.
La voie romaine Lyon Saintes appelée via Agrippa passait tout près et permettait la communicationÀ l'écoute de Camille., le commerce...
Des traces de fondations d’un bâtiment de 70m de long ont été découvertes et le sanctuaire composé de quatre temples se situe donc ici. Nous nous trouvons au plus près de deux de ces temples dont seules les bases sont visibles: l’un, de forme octogonale et l’autre, de forme rectangulaire. Plus de 150 pièces d’or ont été trouvées sur les lieux ainsi qu’une petite statue du dieu Mercure, dieu des marchands et des voyageurs. Ces temples étaient dédiés à des divinités encore inconnues.

En empruntant un chemin escarpé, nous arrivons au théâtre. Avant sa découverte, des restes de hauts murs dont un de 2 mètres laissaient penser à la présence d’un château, « château des Fades » ou « château des fées » et à la possibilité d’y trouver un trésor… C’est ce que pensait Mr Gontier propriétaire, qui commença les fouilles en 1865. Toute sa fortune y passa et ruiné, il se suicida en 1894. Sa tombe se trouve sur les hauteurs du site. Depuis Les pièces trouvées.l’année 1900, de nombreuses personnes se sont impliquées dans les recherches archéologiques de ce lieu… dont le père Camille de la Croix, archéologue,  missionné par Mr Laporte Bisquit , maire de Jarnac.

Pour être au plus près, il nous faut descendre dans l’orchestra (endroit où avaient lieu les spectacles). Nous avons pu nous asseoir sur les gradins de pierre qui forment la Cavea. Ce théâtre gallo-romain d’un diamètre de 105,6 m, est ouvert. Camille nous fait remarquer que des inscriptions sculptées dans la pierrese sentent encore sous les doigts, sans doute le nom des personnalités qui trouvaient place ici. Les gradins en bois, eux, ont disparus, seuls quelques restes de clous ont été trouvés et attestent de leur présence. 7000 personnes pouvaient y prendre place. Le théâtre a été classé monument historique en 1881.Maquette d'une pièce trouvée au sanctuaire.

La matinée s’achève et il nous faut regagner la ferme où nous allons pouvoir nous restaurer tranquillement, avec les plateaux repas livrés par le restaurant-traiteur « La Route de l’Ouest » de Rouillac. Installés dans une ancienne grange ouverte, nous savourons ce repas partagé dans la joie et la bonne humeur !

L’Espace d’Interprétation a trouvé sa place au cœur de cette ancienne ferme typiquement charentaise. C’est un lieu étonnant car superbement moderne, spacieux. Dans des vitrines éclairées sont exposées des copies des objets trouvés sur les lieux visités le matin : de minuscules pièces d’or, (certaines monnaies ont été moulées et peuvent donc être manipulées, ce qui permet une meilleure représentation, très appréciée), des poteries, la statuette en argent, recouverte d’or, représentant le Dieu Mercure (une dizaine de centimètres seulement), la sculpture d’un personnage féminin, assise en amazone, mais dont la tête est manquante,  la déesse Epona,  protectrice des chevaux et des cavaliers.
Des maquettes en carton représentent les temples du sanctuaire. Tous ces détails et maquettes nous ont permis une meilleure compréhension de ce très beau lieu.

Avant de quitter ce site, Camille a distribué à chacun, un petit sac contenant des brochures supplémentaires. Nous la remercions de cette sympathique attention.

Le bus est reparti pour quelque 5 kilomètres à travers la campagne, pour nous conduire vers un lieu inconnu -  lieu où nous attendait la surprise de l’après-midi.  Et, finalement c’est à Saint Amand de Nouère que nous nous sommes arrêtés…Plus précisément  deRepas partagé.vant le domaine de la Chevalerie, propriété de la famille Pelletant.

La propriété s’étend sur 35 ha de vignes et Loïc Pelletant, le propriétaire, nous accueille dans sa distillerie, au pied de l’alambic.
Nous sommes tous à l’écoute de l’histoire des lieux et du travail des générations de la famille. Il nous explique ou nous rappelle comment de la vigne, on obtient le cognac, le pineau. Lui-même produit des vins rouges, rosés, pétillants etc.. Le monde viticole évolue et même s’il n’est pas toujours facile d’innover, Mr Pelletant se fait fort d’apporter sa touche personnelle,  moderne, tout en restant attentif à l’environnement. Beaucoup de nos questions ont montré l’intérêt porté à son travail. Il y a répondu avec simplicité et gentillesse. Un moment convivial (encore !) suivi d’un goûter composé de nombreux gâteaux, boissons de sa production…jus de raisin, pétillant ou non.
Nous avons pu entrer dans un chai à l’ancienne au plafond très bas, y sentir lLa distillerie de Mr Pelletant.’odeur prenante des grosses barriques stockées là depuis de nombreuses années.
Vraiment la surprise a emporté un grand succès, et les quelques souvenirs rapportés, vont nous permettre, de retour chez nous, de prolonger ce moment apprécié.

Nous remercions tous les acteurs de cette bonne journée et avons bien pris rendez-vous à la rentrée pour d’autres sorties.

Bon été à tous et toutes autant que possible.