Sensibilisation au handicap visuel au collège Camille Claudel de Civray.

11 Mai 2018

En décembre 2017, nous avions commencé une action de sensibilisation sur la vie quotidienne des personnes mal ou non voyantes, auprès des élèves de 3 classes de cinquième du collège. Chaque intervention durait environ une heure par classe. Notre troisième et dernière intervention s'est déroulée le lundi 30 avril dernier.

La machine Perkings de Patrice en pleine action.

La présentation des différents objets «parlants», les techniques nouvelles avec le téléphone vocalisé, les loupes électroniques, télé-agrandisseurs, les lunettes avec intelligence artificielle ont retenu toute leur attention.

L'atelier locomotion avec mise en situation réelle (yeux bandés et canne blanche) sur un parcours semé d’embûches leur a fait prendre conscience des difficultés rencontrées par les personnes déficientes visuelles lors de leur déplacement.

Les séances du 22 janvier et du 5 mars étaient consacrées à l'approche de l'alphabet braille. Afin de permettre aux élèves de s’approprier cet alphabet chacun avait à sa disposition un outil pédagogique très particulier: une boite d’œufs représentant les un à six points qui composent une lettre.  
Les élèves se sont vite adaptés et ont rapidement pu réaliser quelques exercices pratiques.Des élèves attentifs aux explications de Joël.

Notre dernière séance ce lundi 30 avril 2018 était consacrée à l'écriture braille.
L'apprentissage de l'écriture avec la tablette et le poinçon a été plus ardu.
Écrire de droite à gauche, poinçonner la lettre voulue à l'envers pour pouvoir ensuite en retournant la feuille lire le texte à l'endroit n'est pas évident. Il faut des heures et des heures de formation pour y arriver. Mais le principe a été compris et là encore le passage à la pratique leur a permis d'avoir une idée plus précise de la méthode braille.

La machine braille de Patrice les a fortement intéressés, plus facile d'accès grâce aux 6 touches qui représentent les 6 points. Chacun a pu transcrire une lettre, un mot.

Pour terminer l'heure, l'atelier «douceur» a fait l'unanimité! Chacun, yeux bandés, piochait une friandise dans une poche et tentait de reconnaître l'aspect, le parfum et bien évidemment le goût.Un outil incontournable: le dépliant sur l'alphabet braille.
Ce moment plus ludique aurait pu durer encore, mais une heure pour chacune des 3 classes passe très vite. Tout leur a plu d'après leur dire, ils en ont parlé aussi à leur entourage.
Certains étaient plus concernés car ils avaient autour d'eux des personnes fragilisées par le handicap visuel.

Notre intervention s'inscrit dans le projet du collège Camille Claudel : communiquer des informations en braille avec l'implication des élèves.

Merci à Mr Magnain, professeur d'EPS, pour son accueil et son engagement.