Sensibilisation au handicap visuel dans les établissements scolaires

03 Janvier 2018

Le comité Valentin Haüy de la Charente développe depuis plusieurs années des actions de sensibilisation à la déficience visuelle auprès des établissements scolaires.

Joël et Jean-Paul s'adressent à un groupe de collégiens.

Ce temps d’échange permet aux élèves de mieux appréhender la question de la déficiences visuelle en présence de personnes concernées.
Tous les thèmes sont abordés : vie quotidienne, aide à la lecture, nouvelles technologies, locomotion, braille.
C’est aussi l’occasion de présenter trois axes de prévention, la consommation de sucre, le port de lunettes de soleil et la lumière bleue.

Mardi 5 décembre dernier, Michelle, Yvonne, Patrice, Jean-Paul et Joël sont allés à la rencontre des élèves du collège Camille Claudel de Civray.
Vous trouverez ci-dessous l'image de l'article paru dans la Nouvelle République du 9 décembre 2017, puis le texte de cet article à l'attention des personnes utilisant une revue d'écran.

Article de la Nouvelle République.

 
[Début de l'article]

Le collège Camille Claudel de Civray poursuit sont travail d'intégration du handicap sous la houlette de Mathias Magnain, professeur d'EPS. Ce mardi, Mathias est absent, alors Murielle Bonnin, professeure documentaliste, assure l'intérim et accueille avec les élèves de 5ème le comité Valentin Haüy de la Charente.
Valentin Haüy, né le 13 novembre 1745 à Saint-Just-en-Chaussée et mort le 19 mars 1822 à Paris, a été l'un des premiers à s'intéresser au devenir socio-culturel des aveugles. En Charente, une équipe de bénévoles, voyants, mal ou non voyants, assure l'animation du comité qui développe des activités et des actions visant à améliorer la vie quotidienne et favoriser le lien social auprès des personnes déficientes visuelles.

Une découverte du monde des malvoyants.

Après le langage des signes et le monde du silence, les élèves vont pénétrer dans le monde de la nuit. Ils vont découvrir le quotidien de personnes dont la vue est déficitaire avec des lunettes particulières, la vision altérée, floue, périphérique, tubulaire ou parcellaire n'a plus de secrets.
Joël Lachaud, le prédisent du comité et Jean-Paul Bugarel, bénévole, vont leur demander d'imaginer la journée d'un malvoyant et vont leur montrer les trucs et astuces qui aident au quotidien. Ils vont découvrir la nouvelle technologie : boîtier détecteur de couleurs, balance de ménage qui parle... Puis ils vont se déplacer dans un parcours, les yeux bandés avec une canne et un camarade guide. Le stress, la peur, mais aussi la confiance dans le guide impactent leurs émotions.
Les prochaines séances, ils aborderont l'alphabet Braille  et pourront s'initier à la lecture et au codage. On peut penser que si les élèves rencontrent "une canne blanche" dans la rue, leur comportement sera modifié et adapté grâce aux rencontres de cette matinée.

[Fin de l'article].